La lutte des infirmières Finlandaises

Publié le par patdinina972

En Finlande aussi, les infirmières se battent pour revaloriser leur traitement. Il est édifiant de constater que malgré des actions fortes et déterminées, car cette lutte dure depuis un mois, les pouvoirs publics finlandais ne baissent pas les bras. Au contraire, ils durcissent le ton en réquisitionnant les infirmières en lutte. Lisez cet article, c'est déroutant.




Article du correspondant en Scandinavie ANNE-FRANÇOISE HIVERT pour le quotidien Libération  



"Le secteur hospitalier finlandais se prépare à vivre la pire crise de son histoire. Ce soir, plus de 12 000 infirmières (soit 20 % des syndiquées) démissionneront, si les négociations salariales entre leur syndicat Tehy et la Commission des employeurs communaux n’aboutissent pas. Tous les hôpitaux devraient être affectés. Pour garantir la sécurité des patients, les députés ont adopté, vendredi, une loi exceptionnelle, prévoyant des réquisitions de personnel dans les secteurs les plus sensibles.

Salaires. Le bras de fer entre le syndicat et les employeurs communaux s’éternise depuis septembre. Le principal point de blocage porte sur les salaires. L’organisation patronale propose une rallonge de 2,6 % pour le personnel soignant, en plus des 9 % d’augmentation accordés à l’ensemble des employés communaux. La direction de Tehy réclame, elle, une hausse de 24 %, soit une augmentation supplémentaire de 15 % sur deux ans et demi, afin de combler le retard accusé par la profession. «C’est impossible», souligne Elina Vartiainen, responsable des négociations pour le patronat, qui évalue le coût d’une telle mesure à 1,4 milliard d’euros. Sans compter les revendications des autres employés communaux, qui risquent alors d’exiger de nouvelles revalorisations salariales. «Nous espérons encore aboutir à un accord, mais ça semble très difficile», reconnaît Sari Koivuniemi, porte-parole du syndicat. Appelé à la rescousse, le gouvernement de centre droit refuse de débloquer des fonds supplémentaires. Selon Pia Viitanen, vice-présidente du parti social-démocrate, la Finlande n’aura bientôt plus le choix. «Tôt ou tard, nous devrons augmenter les salaires dans la fonction publique, si nous voulons faire face au manque de personnel, causé par le vieillissement de la population.» Alors pourquoi ne pas commencer tout de suite, «quand les caisses de l’État sont pleines» ?

Vendredi, l’opposition a voté contre la loi de réquisition adoptée par la droite. Le texte permet aux autorités locales de forcer des infirmières démissionnaires à travailler, pour assurer la sécurité des patients. «C’est une mesure exceptionnelle», affirme Pekka Järvinen, conseiller au ministère de la Santé. Elle ne sera appliquée que pour une durée renouvelable d’une semaine. Ce week-end, environ 2 400 infirmières ont reçu un courrier recommandé. Les réfractaires risquent une amende allant jusqu’à un mois de salaire. Lors des débats au parlement, la ministre de la Justice a même évoqué des peines de prison, en cas de décès des patients, en l’absence des infirmières réquisitionnées.

Avec 2 800 démissionnaires sur 10 000 infirmières, les hôpitaux de la région d’Helsinki devraient être les plus touchés. Certains services pourraient perdre plus de 40 % de leur personnel soignant. Mais, même si les hôpitaux parviennent à rappeler le millier d’infirmières dont ils ont besoin, «nous n’arriverons pas à garantir la sécurité des patients à 100 %», reconnaît Hanna von Wendt, directrice de la communication des hôpitaux de la région.

Morts. Les premiers malades ont d’ailleurs été envoyés en Suède la semaine dernière. Pekka Järvinen admet que les réquisitions «ne suffiront pas à éviter une situation critique, où des morts sont à envisager». La porte-parole de Tehy s’interroge sur les motivations du patronat : «Pour le moment, nous avons le soutien de l’opinion publique, mais ça changera avec les premières victimes. Ils espèrent peut-être que nous abandonnerons alors nos revendications.» Tehy a annoncé que 3 600 infirmières supplémentaires étaient prêtes à démissionner en décembre, si le conflit n’était pas résolu."

Publié dans Politique de santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

syndicat-infirmier 23/11/2007 22:40

Vous trouverez des informations sur le mouvement infirmier de finlande dans l'article
http://www.syndicat-infirmier.com/article.php3?id_article=426

christine MARCHANT 22/11/2007 22:15

Oui ça donne même des idées! Une pétition appel à la démission collective est en ligne sur acpsy.com

Marc lupin 21/11/2007 23:31

oui c'est vrai, elles ont obtenues gain de cause.
voir ce lien http://cni75.over-blog.com/article-7263233.html

Sophie 21/11/2007 18:59

Et elles ont obtenu gain de cause les dames!!
28% d'augmentation sur 4 ans.. Elles n'en demandaient que 24..
Ca fait réfléchir!!