L'Ordre infirmier, quel est son but ?

Publié le par patdinina972

L'ordre infirmier est aujourd'hui créé par le Décret n°2007-552 du 13 avril 2007. Ses missions sont les suivantes :
- Conception, rédaction et mise à jour du code de la déontologie
- Régulation démographique
- Organisation, évolution et adaptation de la formation initiale et continue
- Rôle disciplinaire s'appuyant sur le code et les références de bonnes pratiques
- Elaboration du référentiel métier et du référentiel des compétences
- Rôle d'audits et de recommendations
- Réglementation des modalités d'accès à l'exercice professionnel
- Statut sur tout projet relatif à la nature de l'exercice professionnel
- Assure l'indépendance de la profession.

Cet Ordre s'adresse à l'ensemble de la profession travaillant dans le secteur public ou privé, et exerçant dans le secteur libéral. Il est censé permettre aux infirmières d'être mieux reconnues. Même si ces prérogatives sont louables, cet Ordre est-il vraiment nécessaire ?



56601070717035454.jpg



 Peu d'infirmières en parlent car trop accaparées par leur quotidien au travail. D'ailleurs, les infirmières salariées se sentent très peu concernées par cet Ordre. Il ne répond pas à leurs revendications principales. Elles vivent en permanence des conditions de travail difficiles, subissent un sous-effectif criant, sont mal payées et peu reconnues. 
Elles veulent connaître enfin des conditions de travail qui permettent l’épanouissement professionnel tant souhaité lors du choix de cette profession.Ce sont des questions de fond pour faire vivre pleinement des règles professionnelles au service des patients. La qualité de l’exercice professionnel dépend donc de la qualité des conditions de travail.
L'Ordre n'a pas vocation à défendre les salaires et les conditions de travail de ces dernières. Par contre, son existence semble se justifié dans le secteur libéral. Il a été demandé par 42 associations d'infirmières ou de professions paramédicales appelées "groupe Sainte-Anne". 50 000 infirmières libérales ont donc été entendues, mais pourquoi intégrer les autres secteurs ?

Les infirmiéres hospitalières, salariées, ont déjà des instances représentatives et disciplinaires. 
Certes, 4% seulement des infirmières se syndiquent; mais le manque de représentativité est de la faute des seules concernées ! Ainsi, s'il n y a pas unicité de la profession, c'est la faute des infirmières. Face aux difficultés, c’est dans l’action collective, qu’au plus près, que les réponses peuvent être apportées. Ceci pose ainsi concrètement le besoin d’être organisé, de se syndiquer pour agir efficacement. Tout salarié est face à cette responsabilité individuelle et collective.
Au niveau de la discipline, les infirmières hospitalières seront encadrées à la fois par son administration de tutelle qui dispose d'une batterie de sanctions et par l'Ordre qui jouera également un rôle de  policier. 
L'Ordre semble être qu'une nouvelle structure reprenant les missions reconnues par des instances existantes telles que les CTE, les Commissions de soins, les CAP, les Commissions de formation.
 
Tout ceci a un coût. Que l’on exerce en libéral ou que l’on soit salarié, il faudra cotiser à l’Ordre. Aujourd’hui, la cotisation des architectes s’élève à 240 euros par an, celle des pharmaciens à 260 euros. Quant aux sages-femmes, la cotisation semble relativement modique, puisqu’elle est de 50 euros.
Qu’un ordre soit nécessaire aux infirmières libérales, peut-être ? Qu’une instance décisionnelle, forte et indépendante remplace un CSPPM moribond, soit. Mais que les infirmières salariées cotisent pour subir les sanctions et les idées arrêter, de ce qui semble être un corporatisme, non. Payer pour travailler est contestable. Cela ressemble à une taxe acquittée pour avoir le droit de travailler, et semble être une entrave à la liberté de travail.

Les infirmières sont encore et toujours écartées des décisions. Pour preuve, avec la nouvelle gouvernance, le corps infirmier est toujours exclu du conseil exécutif des hôpitaux. Pourquoi ne pas commencer par l'intégrer dans les organes de décision ? Cela éviterait de voir exercer dans les blocs opératoires du secteur privé illégalement la profession d'infirmière ( les aides-opératoires ).

Publié dans Droits et devoirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cunin 20/01/2010 00:00


Comme à chaque fois, rien de concret,on râle puis on tend gentiment nos fesses pour nous faire battre...En France on est les spécialistes de la passivité!Alors une grève, une vraie, ça ça fera
bouger les choses au lieu d'agir comme des moutons et de ronchonner la tête dans les vestiaires!!!


Laure 22/09/2009 09:32

Diplômée depuis à peine 3 ans et déjà écœurée!!!
A l'heure ou on parle pouvoir d'achat en baisse etc..., voilà qu'on nous annonce une nouvelle ponction de plus sur notre salaire, et puis quoi encore??
J'ai choisie ce métier par passion et je refuse de payer pour avoir le droit de l'exercer, tout ça pour quoi ?? RIEN
Qu'ils nous reconnaissent BAC +3 après on en reparlera!
Enfin après tout, on est pas à 75 euros près hein!!
Pfff honteux!

iturbide maite 05/09/2009 14:51

bonjour
je voudrai savoir si l'inscription a l'ordre infirmier est obligatoire?

solange 22/06/2009 21:19

et vous savez sur quelle proposition a éte votée cet ordre? sur la proposition d'un syndicat infirmier : "la coordination infirmière" la prochaine fois les infirmiers qui votent pour leurs représentants syndicaux dans les hopitaux n'ont qu'à s'en souvenir!!!

Contre Ordre des Infirmiers 10/04/2009 12:33

Bonjour
La résiatnce contre l'oni s'organise. Un site viens d'être crée pour organiser , fédérer, aider à la lutte contre l'oni (l'honni???).
Venez nous rejoindre sur le site suivant:
http://codi.xooit.fr/index.php
Anti ordinalement votre